top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCharlotte

Le printemps de Botticelli

Le printemps fut commandé par Lorenzo di Pierfrancesco, à Botticelli, pour sa villa en 1478. Ce noble l'a placé dans une salle nommée la "casa vecchia" avec une autre œuvre de l'artiste, Pallas et le centaure. C'est Vasari (premier biographe d'artistes) qui donna le titre de « Printemps », à la peinture, au milieu du XVIè siècle lorsqu'il le vit.


Ce tableau représente le jardin des Hespérides (jardin des dieux dans la mythologie grecque) avec en arrière-plan des orangers.

Au milieu on y voit Vénus, toute de voiles vêtue, mais révélant ses formes et son ventre un peu arrondi. Une couronne sertie sa tête. Botticelli se serait inspiré de Simonetta Vespuci pour représenter la déesse. Simonetta Vespuci était une jeune femme réputée pour sa beauté au XVè siècle. Elle fut la muse de Botticelli et d'autres artistes. Julien de Médicis jeta son dévolu sur elle et en fit son amante. Dans ce tableau, la pause de la Vénus n'est pas sans rappeler celle des statues antiques.

De part et d'autre du tableau différents personnages mythologiques ont été disposé par le peintre.

A droite, Zéphyr, le dieu du vent, séduit la jeune Flore qui devient alors Florence, la déesse des fleurs (à sa gauche). Florence et Zéphyr sont deux personnages très importants pour l'allégorie du printemps, l'un représentant le vent chaud et humide de cette saison, l'autre la caractéristique première du printemps : la fleuraison.

En haut, Cupidon a les yeux bandés, car l'Amour ne voit pas les défauts de l'objet aimé, et se tient prêt à décocher sa flèche, celle-ci directement pointée sur les Trois Grâces.

A gauche, les Trois Grâces joignent leurs mains en une danse, elles sont les allégories de la Beauté, la Vertu et la Fidélité.

Et enfin à l'extrémité gauche, Mercure, messager des dieux reconnaissable à son casque, ses sandales ailées, et son caducée, chasse les nuages entrants à l'aide de ce dernier : rien ne doit troubler la paix, le bonheur qui règne dans ce jardin de Vénus.


Je pense que Vasari a très bien choisi le titre de ce tableau « le Printemps (la Primavera en italien) » . En effet dès que vous apercevait cette peinture au musée des Florences, les couleurs, les fleurs printanières vous sautent aux yeux. Et c'est un vrai régal, c'est comme une bouffée d'air frais (surtout quand on visite les Offices en plein mois de juin et que la chaleur de l'été vous étouffe). On s'imagine bien dans ce jardin en train de se reposer et sentir les oranges et les fleurs. C'est comme ci ce tableau mettait nos sens en éveil. De plus, Zéphyr qui souffle et Flore, symbole du printemps et du vent chaud nous apporte cette douceur printanière que nous pouvons ressentir.


Ce jardin m'évoque le jardin de la villa Borghèse à Rome avec ses arbres aux fleurs violettes, ses fontaines, ses fleurs....



70 vues0 commentaire

Art'issant de la lumière

bottom of page